Ne pas avoir peur de la solitude avec Montaigne

Après les attentats du 13 novembre, entre Beyrouth, Paris, Bamako, difficile de reprendre la plume,  d’évoquer des sujets légers et de vous parler voyages et recettes. Aujourd’hui donc, je préfère trouver du réconfort chez Montaigne, grand écrivain, philosophe et humaniste, qui écrivait que Paris est « incomparable en variété et diversité de commodités. », que c’est « La gloire de la France, et l’un des plus nobles ornements du monde » et aussi « J’estime tous les hommes mes compatriotes et embrasse un Polonais comme un Français » (III, 9). Nous parlerons de solitude avec Montaigne et, promis, j’essaierai de ne pas vous plomber plus que vous ne l’êtes déjà par l’actualité.

Lire la suite

Réflexions sur l’amitié avec Montaigne

Parce que c’était lui, parce que c’était moi » : tout le monde connaît cette phrase de Montaigne. Et pourtant, aujourd’hui, elle nous fait plutôt penser au sentiment amoureux, au couple, alors que Montaigne fait référence à son meilleur et seul vrai ami: Etienne de La Boétie, auteur du Discours de la servitude volontaire.

Lire la suite

Que philosopher c’est apprendre à mourir avec Montaigne

Je me sens assez intimidée d’écrire sur un géant comme Montaigne – d’autres l’ont fait mille fois mieux que moi – mais j’ai envie de partager ce que j’ai lu ces derniers temps. Je commence donc une série sur cet auteur, en tentant de la rendre ludique, drôle, enthousiaste, joyeuse, à son image. Je vais vous parler des Essais, trois tomes magiques que Montaigne a écrits pendant 20 ans, de 1572 jusqu’à sa mort en 1592. Aujourd’hui, nous allons donc parler de la mort – thème transversal aux trois tomes – mais ce ne sera pas trop triste car nous serons en bonne compagnie. Pour preuve:

Lire la suite